Sommaire de la pêche

 

Qu’est ce que la pêche en mer ?

 

La pêche en mer est pratiquée depuis des millénaires. On peut la définir de manière basique comme étant le moyen de récolter des poissons et crustacés de plusieurs façons différentes. Le but premier du pêcheur est de consommer ce qu’il a récolté. Peu à peu au fil du temps et des générations la pêche est devenue un loisir, une passion. Ce fort intérêt pour cette activité est né d’une extrême difficulté à récolter du poisson en quantité suffisante pour se nourrir. La pêche est tout sauf une science exacte, plusieurs techniques ont donc été développées pour optimiser le rendement. L’utilisation de ces techniques de pêche dépend alors de plusieurs facteurs indépendants qui aideront à obtenir de bons résultats s’ils sont bien étudiés à l’avance.

 

Les différents facteurs qui peuvent influer sur la pêche

 

La Météo

Lorsqu’un pêcheur prépare sa sortie, l’une de premières choses qu’il fait est d’analyser les prévisions météo. Il est formellement déconseillé de sortir pêcher pendant un orage, c’est même une évidence. Excepté par temps orageux ou de cas extrême de tempête, on peut pêcher par tout temps. A l’inverse, toutes les techniques ne se pratiquent pas par tous les temps. Tout cela dépendra de l’intensité du vent, de la température de l’eau et des précipitations. Pour vérifier les prévisions météo sur votre spot favoris, vous pouvez utiliser le site Météo marine qui est très fiable.

L’état de la mer

forte houle

Il est important de bien prendre en compte ce facteur pour toutes les techniques de pêche. En effet, Il sera plus difficile pour le poisson de voir l’appât par forte houle. Après une grosse période d’averses, l’eau est souvent très trouble. Là aussi il faudra adapter sa façon de pêcher. La marée joue un rôle important pour les parties de pêche des plus aguerris. Le fait qu’elle soit ascendante ou descendante peut impacter sur le taux de présence du poisson.

L’appât utilisé

D’une manière générale, tous les appâts sont bons. Mais encore faut-il savoir les utiliser de manière optimale et dans les meilleurs moments. Chaque type de poisson a sa préférence et c’est souvent ce qui fait la différence lors d’une bonne partie de pêche !

L’horaire

Les temps forts de la pêche sont la plupart du temps en début et fin de journée. L’un des moments les plus prolifiques étant le lever et coucher de soleil.

Le type de fond

Il existe plusieurs types de fond qui abritent leurs espèces spécifiques. Les fond sableux permettent une pêche avec tous types de montages alors que les fonds rocheux provoquent facilement les casses.de ligne. Les fonds algueux quand à eux ne permettent pas une bonne visibilité du poisson pour les pêches aux appâts dont le seul attrait est visuel. La profondeur du spot de pêche est également un élément très important à ne pas négliger. Certaines espèces de poisson ont tendance à se nourrir aux abords de la surface de l’eau alors que d’autres préfèrent les profondeurs.

Les différentes techniques de la pêche en mer

Il existe plusieurs types de pêches en mer que nous pouvons catégoriser en 4 parties distinctes:

 

La pêche sur fonds sableux

 

Le Surfcasting

Le surfcasting se pratique en bord de mer sur digues et plages. C’est une pratique qui nécessite pas mal de technique et une grande patience. Le matériel nécessaire est très spécifique à cette pêche. Il faut une longue et solide canne avec un moulinet assez puissant pour ramener les plus gros poissons. Les prises diffèrent selon les saisons et les façon de pêcher en surfcasting aussi.pêche en surfcasting

Les pêches sur fonds rocheux

 

Au flotteur

La pêche au bouchon flotteur est certainement le type de pêche le plus accessible et le plus pratiqué de tous. Pour cela il suffit d’une canne simple, du fil, quelques petits plombs, un bouchon et un hameçon. Les appâts utilisés sont très variés.

Au lancer

La deuxième pêche la plus pratiquée est sûrement celle-ci. Elle permet de prospecter plus de poissons mais est assez aléatoire. La différence avec la pêche au bouchon est qu’elle nécessite un moulinet et donc une canne à pêche adaptée. On peut pêcher au lancer avec ou sans bouchon.

Le shorejigging

Le Shore Jigging se pratique généralement depuis les digues ou endroits rocheux à proximité d’une faille assez profonde. Le matériel utilisé est également très spécifique puisqu’il doit permettre de pêcher de plus gros spécimens que les poissons de roche. Cette pêche se pratique avec des leurres assez lourds pour permettre d’atteindre une bonne distance de lancer. On peut espérer ramener de belles thonines, des maquereaux, des liches, denti etc..le shore jigging

Le rockfishing

La pêche au rockfishing peut être assimilée à la pêche au leurre en général. On peut la pratiquer dans les coins rocheux et attraper toutes sortes de poissons. Cette pêche nécessite plusieurs leurres de différents poids, tailles, formes et coloris. Le rockfishing permet de prospecter des poissons bien cachés et concentre son efficacité dans le fait d’exciter le poisson grâce animations et vibrations que l’on donne au leurre.

Pêche du calamar et de la seiche

Pêcher le calamar est une bonne alternative lors des périodes creuses. C’est pendant les mois les plus froids que l’on peut espérer en ramener. En effet, on peut sortir pêcher le calamar à partir de Décembre jusqu’au mois de mars. Il ne nécessite pas spécialement de matériel onéreux. Mieux vaut avoir son spot pour le calamar car les places sont chères. Il n’est pas rare de voir un grand nombre de pêcheurs entassés sur le même spot où l’ambiance peut parfois être électrique. Le calamar se pêche également à la traîne en bateau.

 

Les pêches en bateau

A la traîne

La pêche à la traîneest assurément l’une des plus excitantes lorsque le poisson est là. La technique consiste à faire traîner un leurre accroché à une ligne solide tout en attendant que le poisson attaque. Les combats avec le poisson sont souvent rudes et il est primordial d’avoir un matériel très solide. On peut espérer prendre une multitude de poissons pélagiques et notamment thon, espadon, pélamides, sérioles, liches et bien d’autres encore.

pêcher à la traîne
traîne dans les chasses

 

Au lancer dans les chasses

Ici, le poisson recherché est identique à celui de la pêche à la traîne. La technique consiste à repérer les chasses de poissons et s’en approcher le plus possible avec le maximum de discrétion pour ne pas “casser la chasse”. Une fois à distance de lancer, il suffit de lancer le leurre dans la zone active puis de le ramener avec beaucoup d’énergie. Si vous avez réussi à lancer dans la chasse vous aurez beaucoup de chances d’accrocher un beau poisson.

A la palangrotte

Cette pêche est parfaite lorsqu’on souhaite faire une bonne soupe de poissons. Une ligne avec plusieurs hameçons montée sur une canne avec moulinet et le tour est joué. On peut pêcher avec tous types d’appâts pour attirer marbrés, girelles, sars, bogues, saupes etc…

Au jig

La pêche au jig est une technique de pêche qui implique beaucoup de patience, ténacité et une bonne condition physique. Effectivement, les leurres utilisés sont assez lourds permettent d’aller prospecter dans les profondeurs où les gros spécimens se trouvent. Il existe plusieurs façons de remonter son leurre, et c’est souvent de manière très énergique pour une animation réaliste de poisson blessé. Il s’agit là de réaliser un mouvement permettant de rendre le leurre très attractif.

La pêche sous-marine

 

Au harpon en apnée

La pêche en apnée à petite échelle peut être pratiquée avec une “fouine”. C’est le nom que l’on donne au trident qui permet de perforer poissons et crustacés. Cet outil de chasse est très facile à manier mais ne permet pas d’attraper les espèces méfiances car il ne dispose pas d’une grande portée. On pourra alors pêcher le poulpe, la seiche, la saule ou les poissons de roche.

Lorsqu’on en a la condition, on peut passer à l’étape supérieure qui consiste à descendre plus profondément pour chercher de plus gros poissons. On utilise alors cette fois-ci un fusil harpon dont la longueur peut varier. On parle souvent de la technique de l’agachon en pêche en apnée. Cette technique consiste à se poster dans un endroit discret et rester immobile pendant quelques minutes. Les poissons approcheront sans se méfier et l’occasion de faire mouche se présentera plus d’une fois !

Le style de vie du pêcheurstyle de vie du pêcheur

protéger son spot

Si vous êtes pêcheur depuis peu, vous serez étonné de l’état de certain spots. En effet les gens passent souvent beaucoup de temps à pratiquer la pêche sur les digues et plages de nos côtes. Le problème majeur que l’on rencontre aujourd’hui est l’état dans lequel on a tendance laisser ces lieux. Des gestes simples permettront de protéger nos zones de loisir. Ces endroits souvent naturels doivent le rester le plus possible. Si nous laissons nos déchets sur place ils auront automatiquement un impact négatif sur la planète en premier lieu. Mais il ne faut pas oublier que si l’environnement change, les poissons changeront également d’endroit pour se reproduire et se nourrir. Alors équipez vous d’un sac poubelle lorsque vous faites une sortie, c’est simple et ça ne coûte rien.

Respecter la réglementation

Comme toute activité, il y a des règles à respecter. Lorsque vous capturez un poisson, vous devez respecter certaines conditions pour le conserver. La taille du poisson aussi appelée “maille” doit être vérifiée et ne doit pas dépasser une certaine limite. Les limites sont fixées pour chaque espèce et je vous invite à vous renseigner sur ces conditions.
D’autre part lorsque l’on décide de conserver le poisson, il est obligatoire de couper une partie de la nageoire caudale (en biais). Cela est nécessaire pour montrer que vous ne comptez pas vendre le poisson. En cas de contrôle et si ces règles ne sont pas respectées, attendez vous à écoper d’une belle amende !

Le « no-kill »

Cette façon de pêcher implique le fait de ne pas tuer le poisson une fois pêché mais de le relâcher dans les meilleures conditions afin de permettre sa survie. Beaucoup de débats existent sur le sujet et les désaccords sont nombreux. C’est une question de bon sens. Si l’on conserve le poisson c’est pour le manger. De plus, une fois le compartiment du congélateur rempli, pas besoin d’en récolter davantage !

Le partage

Il n’existe pas d’école ou de science exacte pour la pêche. Pour apprendre il faut sortir et essayer par soi-même. Cependant, certaines techniques ou certains savoirs sont beaucoup trop oubliés et le silence en est la cause. Partageons nos connaissances et notre savoir sans pour autant indiquer notre spot favoris !

Laissez un commentaire